Accueil > Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole

Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole

Informations sur la structure

Mission(s)  : Susciter, mener ou suivre toutes réflexions et études susceptibles de favoriser le développement et la qualité de l’aménagement et de l’environnement de l’aire métropolitaine de Lille. Développer des objectifs de qualité environnementale et architecturale, de développement durable, de qualité paysagère.

Domaine couvert : Aménagement du territoire ; agricultures périurbaine et raisonnée ; développement durable ; haute qualité environnementale ; écologie urbaine ; énergie renouvelable ; biodiversité ; bioconstruction ; espaces verts, espaces publics ; ressources en eau.

Couverture géographique : Aire métropolitaine de Lille : agglomérations de Lille, Arras, Tournai, Béthune, Courtrai, Douai, Ypres, Valenciennes, Mouscron, Ath, Lens, Liévin-Carvin, Hénin-Beaumont, Cambrai, Maubeuge, Saint-Amand-les-Eaux. (lien pour carte)

Public concerné : Tout public

Modalités d’accès :

- Pour le public : le mercredi de 14h à 18h, sans rendez-vous

- Pour les partenaires : tous les jours, sur rendez-vous

Supports : Périodiques spécialisés, études de l’Agence, ouvrages spécialisés dans les domaines de l’Agence, cartes.

Services : consultation sur place ; prêt pour les études de l’Agence dont les principales sont téléchargeables sur le site de l’Agence.

Base de données Web :

  • Réseau d’Information des Agences d’Urbanisme (RIAU)

Adresse, Horaire, et Plan d'accès

PNG - 53.3 ko

Espace international
Centre Europe Azur
323 Avenue du Président Hoover
59000 Lille

Contact et liens

Email : Armelle DELEVALLEE et Géraldine DESBETES

Téléphone : 03 20 63 33 59

Actualités du partenaire :

Foire aux questions

  • Le partenariat Ademe - Région Nord - Pas de Calais - Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole

    Signé en 2001, cet accord a pour objectif de promouvoir la démarche "Haute Qualité Environnementale" dans la métropole lilloise. Cet accord s’inscrit dans le cadre du contrat de plan Etat/Région 2000-2006. Il est financé par le Fond régional d’aide à la maîtrise de l’énergie et de l’environnement (FRAMEE).

    L’objectif de cette démarche de promotion de la qualité environnementale est triple :
    - généraliser de nouvelles pratiques ;
    - accompagner la réalisation d’opérations ;
    - faire émerger un réseau de professionnels de la qualité environnementale.

    Les acteurs visés par cette démarche sont principalement les maîtres d’ouvrages publics, sans exclure les maîtres d’ouvrages privés et notamment les promoteurs.

  • Pourquoi un atlas éolien ?

    En application des principes du schéma directeur de Lille métropole, l’atlas éolien doit établir une cartographie des gisements de vents sur la métropole lilloise et analyser les oppportunités de développement de la filière éolienne.

    Cet atlas répondra aux objectifs de lutte contre l’effet de serre énoncés dans le protocole de Kyoto de 1997, et le plan climat national de 2004. Il sera une étape dans les enjeux plus locaux de développement des énergies et s’intégrera dans le schéma éolien régional.

  • Qu’est-ce qu’un « espace vert » pour l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole ?

    On peut constater que l’expression « espace vert » est très largement utilisée. Mais il est bien souvent impossible de savoir à quoi ce terme fait réellement référence. L’Agence entend par "espace vert" tout espace public ayant vocation à préserver ou développer les ressouces naturelles et humaines et à apporter repos, détente, oxygénation et loisirs. La nomenclature retenue par l’Agence est la suivante :
    - parcs et jardins : parcs, jardins, jardins familiaux ;
    - espace de loisirs : terrains de sports, golfs, bases de loisirs ;
    - cimetières et espaces boisés.

  • Qu’est-ce que la haute qualité environnementale ?

    La haute qualité environnementale d’un bâtiment consiste à maîtriser son impact sur l’environnement extérieur et à créer un environnement intérieur sain et confortable. La HQE est essentiellement une pratique, ce sont des règles de bon sens. L’association HQE a posé les principes de base d’une programmation HQE. Ces principes sont organisés autour de 14 objectifs ou cibles.

  • Que sont les champs captants ?

    On appelle champs captants une zone englobant un ensemble d’ouvrages de captages prélevant l’eau souterraine d’une même nappe phréatique, destinée à la consommation.

    Le secteur dénommé « champs captants du sud de Lille » est celui délimité par le périmètre du Projet d’intérêt général de 1992 (renouvelé en 2006) qui couvre tout ou partie 28 communes du sud de l’arrondissement de Lille sur 10 200ha (notamment : Emmerin, Houplin-Ancoisne, Seclin, Wavrin, Don, Gondecourt, Annoeullin…). Il comprend 51 captages répartis en cinq champs captants et deux captages isolés. L’ensemble couvre un tiers des besoins en eau de l’agglomération lilloise. Ces champs captants sont dits « irremplaçables » car il n’existe aps d’autre souce d’approvisonnement.

  • Quel est le rôle de la Commission mixte agricole périurbaine lilloise ?

    A la demande de Pierre Mauroy, président du Syndicat mixte du Schéma directeur de Lille Métropole, et Bernard Pruvot, président de la Chambre d’agriculture du Nord, l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole et la Chambre d’agriculture du Nord ont mis en place une Commision mixte sur l’agriculture périurbaine lilloise, début 2004. Cette commission est composée d’élus et de représentants de la profession agricole et associe les services concrnés de l’Etat et des collectivités locales membres du Syndicat mixte. Elle est chargée de travailler sur l’avenir de l’agriculture dans l’agglomération lilloise et, ainsi, prolonger la concertation initiée lors de l’élaboration du Schéma directeur. Elle aborde les différents problèmes rencontrés par l’agriculture en milieu urbain, qu’ils soient liés à des enjeux économiques, humains, environnementaux ou fonciers…

  • Un exemple de réalisation de Haute Qualité Environnementale : le restaurant scolaire de Lompret

    La position du bâtiment a été étudiée de manière à optimiser les apports solaires gratuits : dans la matinée les cuisines seront ensoleillées, tandis qu’à l’heure du midi l’ensoleillement sera optimal au niveau du réfectoire. La présence de grandes baies vitrées, côtés sud et est, permettra de profiter au maximum de cette luminosité, tout en limitant les surchauffes grâce à un vitrage très isolant.

    Le procédé constructif employé utilise du béton cellulaire, il évite de devoir recourir à des matériaux isolants complémentaires. Les bardages extérieurs du bâtiment sont en mélèze, et les bois de charpente sont en pin douglas. Ces bois, provenant de forêts européennes gérées, sont naturellement résistants et ne nécessitent donc aucun traitement chimique.

    La production d’eau chaude est assurée par 6,5 m² de capteurs solaires thermiques intégrés en toiture. La mise en place d’un système de récupération des eaux de pluie, composé d’un réseau séparé, d’une pompe et d’une cuve de 10 000 l, permettra d’utiliser ces eaux pour les chasses d’eau des sanitaires et l’arrosage des espaces verts. Une autorisation des services de la DDASS a été sollicitée à cet effet.

Haut de page